01 60 26 03 81
Menu
Accueil // Actualités // En mai, faisons la fête à Fresnes !
Loisirs

En mai, faisons la fête à Fresnes !

05/2022

Tout le week-end du 13 au 16 mai 2022.

La fête foraine invite à la joie et aux retrouvailles. Jean Lefort, le maire et l’équipe municipale ont à cœur d’offrir une escapade hors du temps pour toute la famille ! Afin que chacun puisse en profiter, la mairie offre 5 tickets de manège et des confiseries aux enfants de Fresnes entre 3 et 13 ans, le lundi 16 mai à partir de 17h30.

Accueillis pour 5 jours, les forains s’installent le vendredi 13 mai 2022. C’est alors parti pour un tour de manège d’auto-tamponneuse, la pêche aux canards et toutes sortes d’animations !

Joyeuse la vie à Fresnes !

 

Pour en savoir plus sur la Fête foraine si mal connue : un reflet de l’évolution de la société

La Fête foraine : une histoire formidablement riche qui nourrit notre quotidien actuel.
Espace privilégié d’échanges et de commerce jusqu’au XVIIIe siècle, la foire devient au XIXe siècle un lieu festif, consacré essentiellement au divertissement.
Cette transformation est le reflet du changement de régime politique et économique de la société.
- D’abord avec la Révolution Française, qui insuffle sa nouvelle idéologie de liberté et de laïcité aux grandes manifestations populaires, succédant aux fêtes religieuses ;
- Ensuite avec la Révolution Industrielle, qui provoqua le déplacement en masse des populations rurales vers les centres industriels des grandes villes.
Entre 1850 et 1900, elle devient donc le canal privilégié pour véhiculer une nouvelle image du bonheur, née de l’idée du Progrès dans une société qui aspire au Paradis Moderne. En même temps qu’elle diffuse les nouveautés de l’ère industrielle, la Fête foraine offre à ces populations, victimes de l’industrialisation, une échappée dans un univers de liberté, d’excès et de rêverie baroque. À son apogée à l’ère de « la Belle Époque », la Fête foraine apparaît comme le miroir des désirs de tous ceux qui veulent s’émerveiller ou s’encanailler.
Après la Seconde Guerre Mondiale, c’est la disparition progressive de la plupart des théâtres, musées, ménageries, cinématographes et autres, car ces spectacles quittent la scène foraine pour se sédentariser. Sur le champ de foire subsistent encore les jeux (loteries et tirs). De plus en plus d’attractions où dominent les sensations de vertige et de vitesse se développent.

Les forains inventent une notion de la publicité
Jusqu’au XVIIIe siècle, les jongleurs, le théâtre et le théâtre de marionnettes étaient les activités principales du spectacle forain.

Par la suite, les bonimenteurs ont diversifié leurs attractions : physique amusante, science populaire, musées d’art, musées de cire, musées historiques et ethnographiques, ménageries foraines, baraques de lutteurs… et enfin le cinéma.
Les spectacles modernes comme le théâtre de boulevard, le music-hall, les illusionnistes… sont issus de ces attractions.
Artistes et marchands, les forains ont très vite inventé la notion de publicité. Ils utilisaient de manière empirique toutes les techniques de fascination intégrant la vue, l’ouïe, l’odorat comme un moyen d’attraction et d’animation.
La publicité par affiche a été utilisée très tôt et à grande échelle en raison du caractère événementiel des fêtes foraines pour avertir les populations locales.
De même, les décors sont conçus de manière à se démarquer des commerces sédentaires et à favoriser l’hypnose et l’étourdissement : manèges, torsades et volutes, tournent et s’enroulent indéfiniment dans les incrustations de miroirs. Sans oublier les effets de lumières et les confiseries qui donnent des goûts et des odeurs propres à la fête foraine, tels la barbe à papa, la noix de coco, la guimauve, les pommes d’amour, le pain d’épices…


Les forains et la vulgarisation scientifique
Les fêtes foraines du XIXe siècle sont de véritables « laboratoires bouillonnants » où s’entremêlent attraction et découverte. Les forains ont alors joué un rôle actif dans la “popularisation” de la science et de la technique.
La foire reste à la fois :
- divertissante avec ses boîtes à vues colorées et animées, ses dioramas, ses monstres et phénomènes, ses personnages de tirs et de jeux de massacre,
- et commerciale, avec la vente de santons et d’images pieuses.
Elle se développe et propose chaque année des attractions nouvelles : manèges de vélocipèdes, carrousels à vapeur, chenilles-vagues de l’océan, maisons hantées, petits trains...
Alliant une vocation pédagogique toujours présente à une envie de merveilleux, les attractions foraines proposent jusqu’au début du XXe siècle un aperçu spectaculaire dans les domaines des mathématiques, des sciences naturelles et des sciences humaines.

Bien que n’ayant pas une approche mathématiquement rigoureuse des probabilités, les forains les ont largement employées dans la fabrication et l’utilisation des loteries. Ils aménagent différents fonds de roue, définissant ainsi les probabilités de gains en fonction de leurs besoins ou de l’affluence de joueurs.
Les savants physiciens, chimistes et astronomes courent les rues, transformant les boulevards en véritables “écoles de physique” par la présentation d’expériences amusantes. Ils se font appeler « professeur » dévoilent toutes les applications modernes de la science, notamment celles qui autorisent des effets magiques : le magnétisme, l’électricité, l’optique (comme les chambre noire, microscope), les propriétés de l’air et les encres invisibles…

Jules Talrich (1826-1904), modeleur officiel de la Faculté de médecine de Paris, établit un musée anatomique sur les Grands Boulevards. Guérisseurs et arracheurs de dents parcourent la foire en proposant élixirs, baumes et onguents dont eux seuls connaissent le secret.

L’engouement pour le voyage et la découverte de la terre est tel que le forain matérialise et reconstitue des scènes et paysages des contrées lointaines.
En 1771 se créent les premiers musées de cire, dont celui du boulevard du Temple à Paris qui présente les effigies de tous les criminels à la mode. Le fait criminel devient ainsi le thème de prédilection de ces étranges “cabinets de curiosités”.

Qui connaissait ces liens étroits de la Fête foraine avec le développement de notre société ?

Cet article est une synthèse d’informations issues principalement du site du Musée des Arts Forains de Paris qui est à visiter par sa richesse et les découvertes proposées à notre curiosité.

 

< Actus précédents Sommaire des actus Actus suivantes >